top of page
  • Photo du rédacteurPaula Malik

Bonjour le monde, aujourd'hui on naît dans cette aventure virtuelle avec une profonde gratitude.

Je dis que nous sommes nés, en référence à tous les esprits, les mains et les cœurs qui se cachent derrière cette page, et à vos yeux qui la lisent. Rien ne serait possible sans la participation de chacun.


Je voudrais commencer cette expérience par un extrait de "Éloge de la vie", un court essai anarchiste écrit par Alejandra Myrial et publié en 1898.


"Le pain n'est pas seulement le travail du boulanger qui le pétrit, c'est aussi le travail du meunier qui a moulu le grain, de ceux qui ont battu le grain, de ceux qui l'ont coupé, mis en gerbes et stocké dans la ferme, de ceux qui l'ont semé, labouré, etc. Toutes ces activités sont réunies dans le plus petit morceau de pain. C'est une chaîne sans fin, un cercle qui englobe toute l'humanité et rend chacun indispensable aux besoins des autres, sans qu'il soit possible d'évaluer exactement la part de coopération apportée par chaque individualité.

Seul celui qui l'aurait fait sans aucune collaboration extérieure pourrait sans doute être appelé maître de son œuvre. Mais cette conception est chimérique. On rit de l'hypothèse d'un dieu créateur, c'est-à-dire d'un dieu qui crée à partir de rien, mais quand il s'agit des hommes, on répète des phrases comme celle-ci : "Il est l'auteur de cela... il ne le doit qu'à lui-même", etc. Rien à partir de rien, chaque chose a son origine dans une autre, telle est la loi.

Nos pensées naissent et se nourrissent des pensées des autres, tout notre organisme mental et physique, en communion constante avec le tout, n'a même pas un point sur lequel il puisse se reposer et dire je, car partout il trouve les autres en lui ; et nous entendons par "mien", affirmer la possession d'objets matériels par un être qui ne s'appartient pas à lui-même.

L'être humain est tributaire non seulement de ses contemporains, mais aussi de ses prédécesseurs, dont l'expérience et les découvertes sont pour lui autant de points d'appui. En réalité, lorsque nous jouissons du moindre objet utile à notre vie, nous puisons dans toute la pensée de l'humanité, accumulée depuis des siècles."


Extrait d'une autre belle découverte écrite et compilée par Valeria Mata : "La propriété c'est le vol" l'original n'a jamais existé.




Comments


bottom of page